16 mai 2013

Alcoa revoit l’échéancier du projet de modernisation de l’Aluminerie de Baie-Comeau - Les premiers travaux débutent avec la mise hors service permanente des séries de cuves Söderberg.

Alcoa annonce aujourd’hui qu’elle reporte la construction prévue d’une nouvelle série de cuves à son Aluminerie de Baie-Comeau au Québec à la suite de la révision de l’échéancier de son projet de modernisation de l’aluminerie. Toutefois, l’entreprise lancera les travaux préparatoires à la mise à niveau des installations en investissant 100 M $ dans l’aluminerie au cours des trois prochaines années et en procédant à la mise hors service permanente des deux séries de cuves Söderberg de l’usine.

Il est maintenant prévu que la mise en service de la nouvelle série de cuves sera complétée en 2019 plutôt qu’en 2016, et ce, sous réserve de l’approbation du conseil d’administration. Ce changement a été décidé en raison des conditions actuelles du marché mondial de l’aluminium.
 
L’investissement de 100 M$ comprend la somme de 30 M$ qui sera consacrée à la mise à niveau de la fonderie de l’usine afin de soutenir le secteur manufacturier automobile actuellement en pleine croissance. Ces investissements s’ajoutent aux 75 M$ déjà investis pour la réfection des installations portuaires qui servira notamment à mieux répondre aux besoins de l’usine modernisée.
 
« Le gouvernement du Québec a fait preuve d’une grande ouverture pour revoir l’échéancier à un moment où il devenait impératif pour Alcoa de s’ajuster aux réalités du marché et de rendre le projet le plus concurrentiel possible », de dire Martin Brière, président d’Alcoa Canada Groupe Produits primaires. « Ces efforts contribueront à abaisser notre usine de Baie-Comeau sur la courbe des coûts mondiaux de l’aluminium pour continuer à offrir d’importants avantages économiques à la région. »
 
La mise hors service des deux séries de cuves Söderberg, qui figurent parmi les installations offrant la capacité de production la plus coûteuse du système Alcoa, sera complétée au mois d’août. Les deux séries représentent une capacité de production de 105 000 tonnes métriques sur les 460 000 tonnes métriques de réduction de capacité annoncée par Alcoa le 1er mai dernier.
 
La révision de l’échéancier du projet n’affectera en rien les engagements d’Alcoa envers le gouvernement du Québec et aura un effet bénéfique sur l’environnement. Tel que convenu en novembre 2011, Alcoa versera 50 millions de dollars sur 25 ans au Fonds du développement économique géré par le gouvernement du Québec et continuera à contribuer au Fonds Alcoa Aluminerie de Baie-Comeau pour les collectivités durables, avec un investissement de 10 M$ sur 25 ans pour la communauté de Baie-Comeau. En outre, les travaux de mise hors service auront pour effet immédiat de réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre de l’usine de Baie-Comeau.
 
Les coûts en capital décrits dans l’annonce sont inclus dans le plan budgétaire 2013 de l’entreprise. La dépense totale pour 2013 liée à la restructuration découlant des travaux de mise hors service détaillés ci-dessus est estimée être de 135 M$ à 155 M$ après impôt, ou 0,11 $ à 0,13 $ l’action, dont environ 30 % sera comptabilisé au deuxième trimestre. Il est prévu que les décaissements totaliseront environ 100 M$ en 2013.
 
À propos d’Alcoa
Alcoa est le chef de file mondial de la production d’aluminium de première fusion et d’aluminium fabriqué, de même que la plus importante minière de bauxite et le plus grand raffineur d’alumine au monde. La société a non seulement inventé l’industrie de l’aluminium telle qu’on l’a connaît aujourd’hui, mais, de plus, au cours des 125 dernières années, Alcoa Innovation a été la source de grandes avancées dans les secteurs de l’aérospatiale, de l’automobile, de l’emballage, de la construction, du bâtiment, des transports commerciaux, de l’électronique de grande consommation et des marchés industriels. Alcoa commercialise plusieurs solutions, notamment des produits laminés à plat, des profilés en alliage dur et des pièces forgées, ainsi que des produits tels que les roues Alcoa®, dispositifs de fixation, moulages de précision et à modèle perdu, et sous-systèmes de construction Alcoa. En outre, son expertise s’étend à d’autres métaux légers, tels que le titane et les superalliages à base de nickel. Le développement durable fait partie intégrante de ses pratiques d’exploitation et des capacités de conception et d’ingénierie qu’elle offre à ses clients. Alcoa est membre du Dow Jones Sustainability Index depuis 11 ans et environ 75 % de tout l’aluminium produit depuis 1888 est toujours en circulation aujourd’hui. Alcoa compte environ 61 000 employés dans 30 pays à travers le monde. Pour de plus amples renseignements, visitez www.alcoa.com et suivez @Alcoa sur Twitter à twitter.com/Alcoa.
 
Mise en garde à l’égard des énoncés prospectifs
Le présent communiqué contient des énoncés relatifs à des événements futurs ou des conjonctures et qui correspondent à la définition d’un énoncé prospectif qui figure dans la Private Securities Litigation Reform Act of 1995. Les énoncés prospectifs comprennent des termes comme « prévoir », « anticiper », «  compter », « planifier », « devoir » ou d’autres expressions semblables. Tous les énoncés qui reflètent les attentes, hypothèses ou projections d’Alcoa relatifs à des événements futurs, à l'exception des énoncés de faits historiques, sont de nature prospective. Les énoncés prospectifs sont exposés à plusieurs risques et incertitudes connus et inconnus, de même qu’à d’autres facteurs, et ne peuvent être interprétés comme des garanties de la performance à venir. Les facteurs importants pouvant faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats exprimés ou implicites figurant dans les énoncés prospectifs comprennent : (a) une détérioration des conditions de l’industrie de l’aluminium, y compris l’approvisionnement mondial et la structure de la demande, de même que les fluctuations des prix de l’aluminium de première fusion, de l’alumine et des autres produits au London Metal Exchange; (b) une détérioration générale des conditions économiques mondiales et des marchés financiers, ou encore, des changements défavorables dans les marchés que sert Alcoa; (c) l’incapacité d’Alcoa d’atteindre le niveau d’augmentation des recettes, d’autofinancement, d’économie de coûts, d’amélioration de la rentabilité et des marges, de discipline financière ou de renforcement de sa compétitivité et de ses opérations (y compris l’abaissement de ses installations d’affinage et alumineries sur la courbe des coûts de l’industrie ainsi que l’augmentation des revenus des segments des produits laminés, usinés et de solutions), tel que prévu dans le cadre de ses programmes de modernisation et de rationalisation de portefeuille, et de ses efforts d’amélioration de la productivité, de la durabilité des flux de trésorerie, d’innovations technologiques et autres; (d) l’incapacité d’Alcoa d’atteindre le niveau anticipé de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre malgré ses mesures de réduction à l’Aluminerie de Baie-Comeau; (e) le résultat d’imprévus, y compris les actions en justice, les enquêtes administratives et les mesures d’assainissement de l’environnement; (f) le défaut de maintenir des cotes de solvabilité élevées, ce qui pourrait limiter la capacité d’Alcoa d’obtenir un financement futur, hausser ses frais d’emprunt, avoir un impact négatif sur le cours de ses titres existants ou autrement compromettre ses activités, sa situation financière, ainsi que les résultats de ses opérations; (g) l’incapacité d’Alcoa de produire les bénéfices escomptés, dans tous les cas tel que planifié et à échéance ciblé, à partir d’installations agrandies, acquises ou modernisées, telle que l’aluminerie de Baie-Comeau; et (h) les autres facteurs de risque résumés dans la formule 10-K d’Alcoa pour l’année se terminant le 31 décembre 2012 et dans les autres rapports soumis à la Commission des valeurs mobilières des États-Unis. Alcoa décline toute obligation de mettre à jour publiquement tout énoncé prospectif suite à de nouveaux renseignements, des événements futurs ou autres, sauf si les lois applicables l’exigent.