6 juin 2012

Un employé d’ABI sélectionné pour séjourner en Arctique avec une équipe scientifique de l’Institut Earthwatch

La Fondation Alcoa a annoncé que le bécancourois Denis Drouin se rendra en bordure de l’Arctique dans le nord canadien du 16 au 22 septembre prochain pour accompagner des scientifiques lors de recherches sur les changements climatiques.

Monsieur Drouin qui est gestionnaire de contrats à l’Aluminerie de Bécancour (ABI) et dont Alcoa est le gestionnaire principal, compte parmi les 26 employés d’Alcoa sélectionnés en provenance de 13 pays pour travailler avec des scientifiques cet été. Ayant déjà pris part à une expédition Earthwatch en Équateur il y a trois ans, il est un des rares participants qui vivra une telle expérience pour une seconde fois.
 
« Je me sens privilégié d’avoir été choisi parmi 280 collègues candidats. Ma première expédition réalisée à l’automne 2009, dans la Cordillère des Andes en Équateur, m’a permis de voir l’univers de la recherche et du développement durable sous une nouvelle perspective. Cette fois-ci, j’ai le désir sincère de revenir au Québec et de mettre en place des solutions ainsi que des outils pour faire notre part pour l’environnement », souligne Denis Drouin.
 
« Nous sommes très fiers qu’un représentant d’ABI participe à l’une de ces expéditions reconnues mondialement avec des collègues et scientifiques des quatre coins du monde. C’est une opportunité de ramener des connaissances uniques dans la région et de les transformer en gestes concrets », partage Pierre Lapointe, directeur général d’Aluminerie de Bécancour. 
 
Le réchauffement climatique est exceptionnellement sensible en bordure de l’Arctique où les tourbières forment un large anneau qui fait le tour du globe. Ces milieux humides contiennent jusqu’à 20 % du carbone de la croûte terrestre, habituellement emprisonné dans le pergélisol. Les participants aideront donc le Dr Peter Kershaw et ses collègues à mesurer les ripostes des écosystèmes et à recueillir des données sur les impacts potentiels de ce phénomène.
 
Earthwatch est une organisation internationale qui a pour mission d’impliquer des gens du monde entier dans la recherche scientifique sur le terrain et l’éducation afin de promouvoir les connaissances et les actions nécessaires pour assurer un environnement durable. L’organisme soutient présentement 61 projets de recherche environnementale dans 29 pays.
 
ALUMINERIE DE BÉCANCOUR INC. (ABI)
Détenue à 75 % par Alcoa et 25% par Rio Tinto Alcan, l’Aluminerie de Bécancour inc. s’appuie sur une équipe chevronnée pour produire plus de 400 000 tonnes métriques d’aluminium par année. En plus de l’Aluminerie de Bécancour, Alcoa Canada Produits primaires regroupe, au Québec, l’Usine de Tige de Bécancour, l’Aluminerie de Deschambault et l’Aluminerie de Baie-Comeau. Elle contribue à des retombées économiques de plus de 1,6 milliard de dollars par année pour la province. Plus de 1 million 2 de tonnes métriques de lingots, de pièces coulées, de billettes et de tiges d’aluminium sont produites conjointement. De plus amples renseignements sont disponibles à www.alcoa.com/canada.
 
FONDATION ALCOA – CANADA
Comptant un actif d’environ 446 millions $ US, la Fondation Alcoa est l’une des plus importantes fondations d’entreprise aux États-Unis. La Fondation Alcoa a investi plus de 550 millions $ US depuis 1952. En plus de répondre aux besoins locaux des communautés où Alcoa est présente, la Fondation Alcoa vise à trouver des solutions à des enjeux plus vastes en matière de développement durable, tels que les changements climatiques. En 2011, la Fondation a appuyé 35 projets chapeautés par des organisations œuvrant dans les communautés où Alcoa Canada a des installations, incluant cinq projets majeurs de plantation d’arbres. L’impact de la Fondation est renforcé par l’engagement des employés d’Alcoa au Canada qui, au cours des cinq dernières années, ont consacré plus de 210 000 heures de bénévolat et remis plus d’un million de dollars à 200 organismes grâce aux programmes de soutien au bénévolat de la Fondation Alcoa. Pour plus d’information, visitez le www.alcoa.com/canada à la rubrique « Communauté ».
 
EARTHWATCH INSTITUTE
Fondé en 1971, Earthwatch est une organisation environnementale internationale qui a pour mission d’impliquer des gens du monde entier dans la recherche scientifique sur le terrain et l’éducation afin de promouvoir les connaissances et les actions nécessaires pour assurer un environnement durable. Notre vision est celle d’un monde où nous vivons selon nos moyens et en équilibre avec la nature. Earthwatch soutient présentement 61 projets de recherche environnementale dans 29 pays en accordant des fonds et en rémunérant des volontaires qui travaillent aux côtés de scientifiques de terrain et de chercheurs réputés. Au cours des 40 dernières années, les bénévoles d’Earthwatch ont contribué plus de 10 millions d’heures au travail essentiel sur le terrain. Pour obtenir plus d’information sur Earthwatch, veuillez visiter www.earthwatch.org. ou suivez les expéditions de 2012 sur le blogue www.alcoa.com/earthwatch (en anglais seulement).
 
L’année 2012 marque le 10e anniversaire du partenariat de la Fondation Alcoa avec l’Institut Earthwatch. Pour l’occasion, la Fondation Alcoa commandite deux autres expéditions dont l’une en Chine et une autre au Brésil, à laquelle participera le québécois Luc Bourassa de l’Aluminerie de Baie-Comeau. En 10 ans, ce partenariat a permis à 144 employés d’Alcoa, dont 12 canadiens, de donner plus de 9 000 heures de recherches pour aider à relever les grands défis de notre temps en matière de développement durable.
 
Changements climatiques en bordure de l’Arctique (du 16 au 22 septembre)
Le réchauffement climatique est exceptionnellement sensible en bordure de l’Arctique où les tourbières forment un large anneau qui fait le tour du globe. Ces milieux humides contiennent jusqu’à 20 % du carbone de la croûte terrestre, habituellement emprisonné dans le pergélisol. À mesure que le pergélisol se réchauffe, cependant, du dioxyde de carbone et du méthane – les gaz à effet de serre les plus pernicieux – pourraient s’en échapper, ce qui ne pourrait qu’accélérer le rythme d’un réchauffement planétaire. Le sort de ces tourbières pourrait altérer non seulement l’écosystème local, mais aussi la totalité de la biosphère. Les participants aident le Dr Peter Kershaw et ses collègues à mesurer les ripostes des écosystèmes et à recueillir des données sur les impacts potentiels de ce phénomène.
 
Conservation de la forêt atlantique du Brésil (du 12 au 18 août)
Des milliards de personnes sur la planète comptent sur les forêts pour trouver de la nourriture, un abri, des combustibles, des médicaments, des sols stables, de l’air propre et de l’eau. Les forêts tropicales humides, quant à elles, abritent plus d’espèces que tout autre habitat terrestre et préservent le patrimoine biologique de la planète. L’unique façon de comprendre la complexité des écosystèmes des forêts et les services qu’ils apportent est de mener des expériences efficaces pour recueillir soigneusement autant de données que possible. Tous les jours dans leur expédition sur le terrain, les participants travailleront avec des scientifiques professionnels pour recueillir des données, par exemple en prélevant des échantillons d’eau pour en évaluer la qualité, en notant les espèces, la taille et la densité des arbres, en documentant l’avifaune unique de la forêt et en faisant des relevés de la population des mammifères.
 
Le scientifique utilisera les données recueillies par les participants pour continuer à analyser comment les forêts tropicales sont transformées par les pressions exercées par la population humaine, comment la composition et la structure des espèces évoluent ainsi que les répercussions de ces phénomènes sur les éco services rendus par les forêts. Ce projet de recherche a pour but de mesurer la valeur de la forêt atlantique du Brésil et à utiliser cette information pour mieux orienter les efforts visant à la conserver.




Cliquez sur l'image pour l'agrandir.



Le bécancourois Denis Drouin sélectionné par la Fondation Alcoa pour séjourner en Arctique avec une équipe scientifique de l’Institut Earthwatch l’Arctique dans le nord canadien.