21 novembre 2012

La direction de l’Aluminerie de Bécancour entreprend des démarches pour assurer la stabilité de sa production

Bien que la direction de l’Aluminerie de Bécancour (ABI) soit déçue de la décision des employés de rejeter l’offre patronale, elle demeure ouverte aux échanges et confiante qu’il est possible de parvenir à une entente satisfaisante pour les deux parties tout en permettant à l’usine de rester concurrentielle.

La convention collective viendra à échéance le 22 novembre, à minuit.
 
Depuis les derniers jours, la situation de l’usine s’est dégradée rapidement, ce qui empêche d’opérer de façon stable et sécuritaire.
Par conséquent, ABI n’a pas eu d’autres choix que d’entreprendre des démarches légales afin d’assurer la poursuite des opérations et la stabilité du procédé. S’il s’avérait impossible de stabiliser immédiatement les opérations, ABI pourrait être dans l’obligation de cesser une partie de sa production afin d’assurer la sécurité des employés et l’intégrité des actifs de l’usine.
 
Aluminerie de Bécancour Inc. (ABI)
Détenue à 75 % par Alcoa et 25% par Rio Tinto Alcan, l’Aluminerie de Bécancour inc. produit près de 425 000 tonnes métriques d’aluminium par année. En plus de l’Aluminerie de Bécancour, Alcoa Canada Groupe Produits primaires (GPP Canada) regroupe, au Québec, l’Usine de Tige de Bécancour, l’Aluminerie de Deschambault et l’Aluminerie de Baie-Comeau. GPP Canada contribue à des retombées économiques de plus de 1,3 milliard de dollars par année pour la province. Plus d’un million de tonnes métriques de lingots, de pièces coulées, de billettes et de tige d’aluminium sont produites conjointement. De plus amples renseignements sont disponibles à www.alcoa.com/canada.