Études de cas

 
Ces études de cas illustrent comment Alcoa Canada traduit en actions son engagement envers le développement durable. Nous sommes ravis de ces avancées, et nous anticipons le plaisr d'en réaliser encore plus.

Choisir une année et/ou une catégorie dans le menu ci-bas afin de filtrer les études de cas.




2010 — Environnement

Chez Alcoa, les meilleures pratiques sont au cœur de l’efficacité énergétique

L’utilisation optimale de l’énergie est une préoccupation constante dans le secteur de l’aluminium. En effet, selon les endroits dans le monde et les techniques utilisées, l’énergie peut représenter de 30 % à 35 % des coûts totaux de fabrication de ce métal léger et polyvalent.
 
Un sentiment d’urgence
La récente crise économique a entraîné une chute historique et brutale du prix de l’aluminium qui a stimulé une réflexion en profondeur au sein d’Alcoa sur la réduction de l’ensemble des coûts. L’application des meilleures pratiques, à tous les niveaux et dans l’ensemble des installations, est l’une des voies que l’entreprise a choisi de prioriser à cette fin. Des économies de dizaines de millions de dollars, et une performance environnementale améliorée, sont à la clé.
 
L’entreprise a d’abord choisi de prioriser douze secteurs où l’adoption des meilleures pratiques offrira les avantages les plus essentiels, et trois de ces secteur sont directement liés à l’énergie : l’électrolyse, les fours à cuire, qui produisent les anodes, et les fonderies.
 
L’équipe de développement et de déploiement des meilleures pratiques d’Alcoa, un regroupement d’experts actifs notamment en Europe, en Australie, au Brésil, aux États-Unis et au Canada, a été créée à cette fin et placée sous la gouverne de Ghislain Gaudreau, directeur, Meilleures pratiques. Composée d’experts dans tous les domaines de la production d’aluminium, cette équipe a débuté la mise en forme des meilleures pratiques connues dans l’industrie et amorcé leur déploiement planétaire dans les différentes installations du groupe Produits primaires d’Alcoa. Les services de santé-sécurité et de l’entretien ont été mis à contribution dans la préparation et le déploiement de ces pratiques, pour s’assurer qu’elles respectent tous les aspects liés à la production d’aluminium, à la sécurité, à l’environnement et aux soins des équipements.
 
Une meilleure pratique en développement à l’Aluminerie de Baie-Comeau
Travaillant de concert avec les responsables de la fonderie de Baie-Comeau, les experts de l’équipe des meilleures pratiques ont élaboré et mis en œuvre des améliorations stratégiques qui pourraient bientôt s’exporter à l’échelle de la planète. Ces dernières tiennent compte de plusieurs paramètres :
  • le contrôle des brûleurs et des ratios air/combustible;
  • le contrôle de la pression interne du four afin d’éviter les infiltrations d’air ou les fuites de chaleur;
  • la limitation des ouvertures autour de la fournaise (portes, réfractaire, etc.) afin d’en optimiser l’étanchéité;
  • la révision de l’instrumentation et des contrôles, et,
  • l’optimisation des cycles afin d’éviter les fluctuations dans l’activité des fours. À cette fin, l’aluminerie n’utilise prioritairement que 6 de ses 17 fournaises.
 
Sur une base annualisée, les mesures adoptées à Baie-Comeau se traduisent déjà par une diminution de 45 % de l’utilisation de combustible, représentant des économies de 1,7 M$/an, et une baisse des émissions de 8 400 t de CO2. Si l’on ajoute à cela le résultat des améliorations apportées dans les autres usines du Québec, la réduction annualisée de la consommation représente des économies de 26 %, ou 2,9 M$/an, et 15 049 t de CO2 de moins dans l’atmosphère.
 
Une vision globale de l’efficacité énergétique
« Les résultats à ce jour dans le secteur des fonderies constituent une forte incitation à poursuivre le développement et le déploiement des meilleures pratiques dans toutes les installations d’Alcoa, assure Ghislain Gaudreau. Mais il ne faut pas oublier que l’optimisation de notre consommation énergétique vise également le secteur du carbone et surtout du procédé d’électrolyse. » Il rappelle d’ailleurs que les usines québécoises ont réussi à quintupler leur objectif d’efficacité énergétique en 2008, dégageant 349 GWh. « Pas étonnant que les alumineries de Deschambault et de Bécancour fassent partie du réseau Écolectrique d’Hydro-Québec », conclut-il.