Études de cas

 
Ces études de cas illustrent comment Alcoa Canada traduit en actions son engagement envers le développement durable. Nous sommes ravis de ces avancées, et nous anticipons le plaisr d'en réaliser encore plus.

Choisir une année et/ou une catégorie dans le menu ci-bas afin de filtrer les études de cas.




2008 — Économie

Le secret du démarrage réussi de Fjarðaál et de Møsjoen : Deschambault

Comment fournir des anodes crues et des anodes cuites mondialement réputées en Norvège et en Islande alors que la production habituelle répond à peine à la demande interne ? Il faut planifier, assurer une exécution sans faille et pouvoir compter sur une équipe hors pair, non seulement dans les secteurs Tour à pâte et Four à cuire, mais à la grandeur de l’aluminerie. Telles sont les composantes du succès de l’Aluminerie de Deschambault qui a su maintenir sa performance renommée tout en fournissant 20 000 anodes crues pour le démarrage de l’usine d’anodes de Møsjoen et 13 500 anodes cuites de qualité exceptionnelle pour celui de l’Aluminerie Fjarðaál.
 
« Il est certain que le cœur de l’action se situe à la tour à pâte et au four à cuire, mais sans l’appui logistique et la collaboration de tous, jamais nous n’aurions pu relever ce défi », assure Yves Laframboise, superviseur four à cuire, de l’Aluminerie de Deschambault. « Et le plus stimulant pour nous tous, ce fut de trouver des portes ouvertes et une attitude de vrais gagnants partout où nous nous sommes dirigés. »
 
Lorsque l’on dit partout, cela veut vraiment dire partout : depuis le Port de Trois-Rivières où la matière première, le coke, était transbordé, jusqu’à l’Aluminerie de Deschambault et ses environs où les anodes produites en excédent étaient entreposées, à Montréal, où les anodes étaient soigneusement mises en conteneur, et jusqu’au port de Rotterdam, plaque tournante du transport maritime européen, puis à Møsjoen en Norvège pour les anodes crues et Reydarfjordur, en Islande, pour les anodes cuites qui ont permis le démarrage de l’Aluminerie Fjarðaál.
 
Il a aussi fallu planifier longtemps d’avance ! Dès avril 2006, le régime du four à cuire a été augmenté pour libérer près de 10 % de la production d’anodes cuites. En effet, 154 000 anodes sont cuites à chaque année pour répondre aux besoins internes de l’Aluminerie de Deschambault, ce qui occupe déjà le four à cuire en continu, 7 jours par semaine, 24 heures par jour. Alors 10 % de plus, ce n’est pas rien ! Et puisque ces anodes excédentaires n’ont commencé à être livrées en Islande qu’à partir de janvier 2008 il a bien fallu les entreposer pendant tout ce temps. Beaucoup d’espaces libres de l’Aluminerie se sont transformés en aire d’entreposage et on a aussi eu recours à de l’entreposage externe. (Pour en lire plus sur le sujet, consultez le Fusion, Volume 5, numéro 3, en page 4.)
 
Non seulement la tour à pâte devait-elle produire 13 500 anodes de plus, pour cuisson, il fallait aussi 20 000 anodes crues supplémentaires pour Møsjoen ! Pour fabriquer ces 33 500 anodes additionnelles, le régime de la tour à pâte a lui aussi été porté à 7 jours semaine, 24 heures par jour. Pour cela, les gens de la maintenance ont été mis à contribution aussi grandement que ceux des opérations. (Pour en savoir plus, lisez le Fusion, Volume 5, numéro 4, en page 8.)
 
« Lorsque l’on considère toutes les difficultés qu’il a fallu surmonter, à commencer par l’approvisionnement en coke, qui est en forte demande à travers le monde, et jusqu’au démarrage des nouvelles cuves à l’Aluminerie Fjarðaál – une étape critique facilitée par la qualité de nos anodes – nous pouvons être fiers du travail accompli ! », souligne Yves Laframboise.
 
Riches de cette expérience qui a permis d’alimenter le marché international avec leurs produits de qualité, les équipes des secteurs Tour à pâte et Four à cuire maintiennent la nouvelle cadence. Les opérateurs comptent même l’accélérer, lorsque possible, afin d’appuyer l’usine de Lake Charles d’Alcoa, le fournisseur habituel des anodes cuites utilisées à l’Aluminerie de Baie-Comeau. Et avec le remplacement de la technologie Söderberg et l’augmentation de la production prévue à Baie-Comeau, toutes les anodes cuites seront les bienvenues. Surtout lorsqu’elles ont la qualité des anodes de l’Aluminerie de Deschambault !