Études de cas

 
Ces études de cas illustrent comment Alcoa Canada traduit en actions son engagement envers le développement durable. Nous sommes ravis de ces avancées, et nous anticipons le plaisr d'en réaliser encore plus.

Choisir une année et/ou une catégorie dans le menu ci-bas afin de filtrer les études de cas.




Un coup de cœur pour l’Islande !
Une employée d’Alcoa Canada Première fusion qui a participé au projet de l’Aluminerie de Fjardaál a décidé de demeurer en Islande. Et elle parle déjà couramment sa nouvelle langue de travail, l’islandais.

2008 — Économie

Le Centre d’excellence d’Alcoa stimule l’échange à l’échelle internationale

De sa base au Québec, le Centre d’excellence assure la transmission de l’expertise et du savoir-faire des employés de Baie-Comeau, Bécancour et Deschambault à leurs collègues de partout au monde.
 
Le Centre d’excellence, créé au printemps 2006, a pour mandat d’appuyer la mise en service des nouvelles installations d’Alcoa, partout sur la planète. En seulement deux ans, il a déjà contribué au démarrage d’une nouvelle aluminerie en Islande et d’une nouvelle usine de fabrication d’anodes en Norvège.
 
Le talent de plus d’une centaine de ressources d’Alcoa Canada a été mis à contribution sur ces projets. Les experts provenaient de tous les secteurs, de l’ingénierie à la production, l’environnement et la finance, en passant par les ressources humaines, la santé-sécurité et même le comité de direction. Aux ressources canadiennes se sont ajoutées des gens d’Alcoa provenant des États-Unis, d’Italie, du Brésil et d’Espagne. Tous ont contribué au partage des meilleures pratiques par une approche de « coaching », en intervenant directement dans le milieu de travail plutôt que dans une salle de classe.
 
L’Aluminerie de Fjardaál, en Islande, illustre bien l’étendue des efforts déployés par le Centre d’excellence d’Alcoa. Des ressources provenant de 11 usines de produits primaires ont collaboré à son démarrage, jusqu’à 61 expatriés travaillant sur le site. D’après Pierre Lapointe, directeur du Centre à l’époque, 140 000 heures-personnes ont été consacrées au transfert des connaissances aux employés de Fjardaál au cours des deux dernières années, soit l’équivalant de 65 employés à temps complet pendant un an. Ceci comprend non seulement les heures que les gens d’ici ont passé en Islande, mais aussi les visites des collègues islandais au Québec et à d’autres usines, dont une formation de trois semaines au Brésil pour le comité de direction.
 
La coordination d’un tel réseau d’échange a été une tâche imposante, avec des familles entières à déplacer pour des mandats pouvant durer jusqu’à 24 mois, et plus de 380 voyages aller-retour du Québec à l’Islande en deux ans.
 
Maintenant les projets de Norvège et d’Islande pratiquement complétés, de nouveaux mandats s’annoncent.