Études de cas

 
Ces études de cas illustrent comment Alcoa Canada traduit en actions son engagement envers le développement durable. Nous sommes ravis de ces avancées, et nous anticipons le plaisr d'en réaliser encore plus.

Choisir une année et/ou une catégorie dans le menu ci-bas afin de filtrer les études de cas.




2008 — Santé et sécurité

Deschambault, chef de file dans la qualification de vêtements et d’équipements de protection

Bien que la priorité d’Alcoa soit d’éliminer, à la source, les risques d’accident et les blessures qui s’ensuivent, les vêtements et les équipements de protection ont toujours leur place pour pallier l’imprévu. Ainsi, les vêtements et les équipements de protection d’Alcoa Canada Première fusion doivent se conformer à plusieurs normes rigoureuses afin d’assurer en tout temps la protection et le bien-être des employés. En vertu de sa politique en santé-sécurité, Alcoa applique toujours la plus stricte des normes en vigueur, qu’elle soit de juridiction fédérale, provinciale ou même interne !
 
Bottes de travail
Nous respectons non seulement les critères de base du secteur de l’aluminium, à savoir que les bottes soient diélectriques (ne conduisent pas le courant) et qu’elles protègent les orteils, mais nous exigeons de plus une protection des os du dessus du pied (métatarses), qui n’est pas communément adoptée par l’industrie au Canada. Il s’agit d’un protecteur métatarsal, un standard établi aux États-Unis par l’ASTM (American Society for Testing and Materials). Alcoa vas encore plus loin en qualifiant ses bottes de travail pour les salles de cuves (Alcoa pot line approved) en les soumettant à un test d’immersion « maison » dans une cuve en opération. Ce test vise à identifier des bottes qui résisterons à la pénétration des matériaux en fusion (aluminium, cryolite) et qui s’enlève facilement et rapidement au cas où un employé poserait accidentellement un pied dans une cuve.
 
Sensible à l’expertise développée dans ce domaine à l’Aluminerie de Deschambault, Alcoa a demandé à Carol Dubé, hygiéniste industriel à cette usine et qui connaissait bien le test d’Alcoa à cet effet, de l’améliorer pour allier confort et protection des bottes sélectionnées. Il a alors modifié le test qui est la référence dans toutes les usines d’Alcoa en Amérique de Nord et dans plusieurs autres à travers le monde. Ainsi, tous les fournisseurs de bottes au monde voulant vendre leurs produits chez Alcoa doivent d’abord passer par l’Aluminerie de Deschambault, qui est devenue la référence dans l’exécution du test. Certains de nos concurrents voient même d’un très bon œil que leurs fournisseurs aient obtenus notre sceau d’approbation !
 
Vêtements
De la même façon, les vêtements de protection utilisés dans nos usines sont le fruit d’un effort constant pour améliorer la protection tout en préservant le confort de nos employés. Dans ce domaine, la règlementation et les standards sont beaucoup moins bien définis et Alcoa a encore agit en chef de file en instaurant, il y a quelques années, un processus de qualification des tissus de protection en fonction des risques présents. On parle alors de protection contre les risques tels que les matériaux en fusion (métaux, cryolite), les arcs électriques, les produits inflammables et les flammes vives. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas parce qu’un tissus est reconnu pour résister à la flamme qu’il convient pour la protection contre les matériaux en fusion ou les arcs électriques. Malheureusement, plus d’un risque peuvent être présents à la fois.
 
À nouveau, sensible à l’expertise développée à l’Aluminerie de Deschambault, Alcoa a demandé à Carol Dubé d’améliorer et de mettre à jour le processus Alcoa en matière de qualification des tissus de protection. On lui a aussi demandé d’agir à titre de « leader » santé et sécurité, en collaboration avec sa collègue Johanne Cloutier de l’Approvisionnement canadien et plusieurs autres du siège social de Pittsburgh, dans un exercice visant à améliorer l’efficacité et l’économie dans la gestion des vêtements de protection à travers l’ensemble d’Alcoa. Dans le cadre de ce projet, il s’est avéré qu’il y avait un manque de laboratoires qualifiés pour certains des tests demandés dans le processus de qualification, plus particulièrement pour celui portant sur la résistance aux matériaux en fusion. Il a donc initié un processus en vue d’assurer la qualification d’au moins une installation au Québec pour exécuter ce test. Grâce à ces efforts, un laboratoire de l’Université McGill est maintenant reconnu par Alcoa pour l’exécuter.
 
Ainsi, Carol Dubé agit maintenant à titre de ressource technique auprès d’Alcoa dans les dossiers des bottes de travail pour les salles de cuves et les vêtements de protection. Dans les mois et les années à venir, Alcoa, en collaboration avec ses partenaires, continuera à contribuer au développement de meilleurs vêtements et d’équipements de protection.