Études de cas

 
Ces études de cas illustrent comment Alcoa Canada traduit en actions son engagement envers le développement durable. Nous sommes ravis de ces avancées, et nous anticipons le plaisr d'en réaliser encore plus.

Choisir une année et/ou une catégorie dans le menu ci-bas afin de filtrer les études de cas.




Capteur de poussière
Capteur de poussière
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Travailleur à l'usine précuite de Baie-Comeau
Travailleur à l
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Travailleur à l'usine Söderberg
Travailleur à l
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

2007 — Santé et sécurité

Protection des employés contre le béryllium

Les alumineries de Baie-Comeau et de Bécancour ont mis en place des mesures spéciales pour assurer la protection de tous les employés contre les dangers de l’exposition au béryllium. Cet élément, de l’alumine, s’accumule et se concentre dans le bain électrolytique des cuves lors de la production de l’aluminium. Le résidu du bain est éventuellement broyé pour être réutilisé. C’est alors que le béryllium devient un enjeu de santé et sécurité car son inhalation sous forme poudreuse peut entraîner une grave maladie pulmonaire, la bérylliose. La présence de béryllium n’est pas un enjeu à l’Aluminerie de Deschambault mais des précautions doivent être prises à Baie-Comeau et Bécancour.
 
Depuis 2001, l’Aluminerie de Baie-Comeau a instauré un programme de santé et sécurité au travail (SST) spécifique au béryllium. On a débuté à la source en identifiant un nouveau fournisseur d’alumine contenant moins de béryllium – ce qui a immédiatement fait une grand différence.
 
Chaque poste a ensuite été évalué. Lorsqu’il est déterminé qu’un travailleur – sous-traitants inclus – peut être à risque, Alcoa lui fournit ses vêtements de travail et assure leur nettoyage par un fournisseur spécialisé. Dans cette même optique, l’usine étudie présentement un projet de réaménagement du secteur des casiers et des douches pour minimiser la transmission à l’extérieur de l’usine.
 
Les responsables ont aussi amélioré les systèmes de ventilation et de dépoussiérage dans les endroits à plus haut risque. À ceci s’ajoute l’équipement de protection personnelle et les postes de nettoyage des vêtements, ainsi qu’un suivi médical visant la sensibilisation au béryllium. La révision complète des procédés et des façons de faire, depuis la production jusqu’à l’entretien, a aussi été réalisée. Finalement, des processus ont été instaurés pour la décontamination des équipements mobiles ou appartenant aux sous-traitants, en plus d’un système de captation des poussières à l’entreposage.
 
La bonne gestion du programme est assurée par un comité interne sur le béryllium, auquel siège un membre de la CSST.
 
L’Aluminerie de Bécancour (ABI) partage le même souci pour la protection des travailleurs et c’est pourquoi elle a aussi instauré un programme de SST axé sur le béryllium. Plusieurs des bonnes pratiques adoptées à Baie-Comeau sont cultivées à l’usine ABI (réduction du béryllium à la source, identification des postes à risque, amélioration des systèmes de ventilation et de dépoussiérage, encadrement du procédé de production, protection personnelle, surveillance médicale...), en accordant une attention toute particulière à l’éducation des employés.
 
Et comme pour tous les enjeux importants de SST, les équipes de santé-sécurité de Baie-Comeau et de Bécancour sont toujours à l’affût des améliorations.