Émissions directes de gaz à effet de serre  


 

En 2002, Alcoa a signé une entente de réduction des gaz à effet de serre (GES) avec le ministère du Développement durable, de l’Environnement de la Faune et des Parcs (MDDEFP). L’entente, d’une durée de 5 ans, couvrait la période 2002-2007. Alcoa a atteint tous ses objectifs. En 2008, nous avons signé une nouvelle entente de réduction volontaire pour la période 2008-2012. Depuis, nous sommes également assujettis au Règlement sur le Plafonnement et d’échange de GES

 

L'inventaire des émissions de gaz à effet de serre, complété selon le Règlement sur la déclaration obligatoire de certaines émissions de contaminants dans l’atmosphère (RDOCÉCA), est audité annuellement par une tierce partie.

 

Depuis 2001, année de référence de la première entente de réduction, les émissions ont diminué de 32 %, dont une partie est attribuable à l’arrêt, en novembre 2008, d’une salle de cuves Söderberg à Baie-Comeau. En 2012, les émissions directes de GES ont légèrement augmenté en raison d’une détérioration de la consommation anodique et d’une hausse des effets anodiques aux alumineries de Baie-Comeau et de Bécancour (voir émissions de perfluorocarbones (PFC)).

 

En 2012, les émissions indirectes de GES associées à la production d’électricité nécessaire à nos opérations étaient d’un peu plus de 100 000 t CO2e, soit environ 5 % de nos émissions totales (directes + indirectes).