Émissions 

Résultats 2013

Cliquez sur les liens suivants pour consulter les graphiques et les notes

  


Émissions directes de gaz à effet de serre (GES)
aller à 

  


Perfluorocarbones (PFC)
aller à 

   


Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)
aller à 

   


Benzo(a)pyrène
aller à 

   


Dioxyde de soufre (SO2)
aller à 

   


Fluorures
aller à    


Matières particulaires
aller à 

Étude de cas

 

Effets anodiques : performance exceptionnelle à Deschambauls
aller à 

 

Changements climatiques

 

En 1998, Alcoa Inc. a créé une équipe de travail chargée d’élaborer la stratégie de l’entreprise à l’égard des changements climatiques. Une cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 25 % sous le niveau de 1990 a été établie pour 2010, objectif que nous avons atteint dès 2003. Une nouvelle cible à long terme a été établie par Alcoa en 2009, à l’échelle mondiale, visant cette fois à réduire l’intensité des émissions, tant directes qu’indirectes, de 20 % en 2020 et de 35 % en 2030, en comparaison de 2005. Cliquez ici pour lire les engagements d’Alcoa à l’égard des changements climatiques (en anglais seulement).

 

En juin 2002, Alcoa Canada Groupe Produits primaires a été la première entreprise à signer une entente de réduction volontaire des GES avec le gouvernement du Québec. Tous les objectifs établis dans cette entente ont été atteints. Une seconde entente a été signée en 2008, pour couvrir la période allant jusqu’en 2012. Depuis lors, nous sommes assujettis au Système de plafonnement et d’échange de droits d’émission (SPEDE) québécois. Vérifié par tierce partie annuellement, notre inventaire d’émissions de GES respecte aussi le Règlement sur la déclaration obligatoire de certaines émissions de contaminants dans l'atmosphère.

 

À la fin 2013, nos émissions totales de GES avaient diminué de près de 37 %, en comparaison de l’année de référence 2001 de l’entente de réduction volontaire des GES. La fermeture graduelle de l’usine Söderberg (série C en 2008, séries A et B en septembre 2013) aura contribué à l’atteinte de ces résultats, tout comme l’amélioration de nos pratiques de contrôle des effets anodiques dans le secteur électrolyse, afin de réduire les émissions de perfluorocarbones (PFC).

 

Cette performance est suivie de près au sein de l’entreprise. Nos émissions totales de PFC ont diminué de 85 % en comparaison de l’année de référence (2001).Bien que les émissions des usines utilisant des anodes précuites aient été plus élevées en 2013 qu’en 2012, en raison de problèmes d’exploitation éprouvés à l’Aluminerie de Bécancour et de qualité des matières premières utilisées à l’Aluminerie de Baie-Comeau, nos efforts d’ensemble et la fermeture des salles de cuves Söderberg expliquent la réduction des émissions de GES de nos alumineries en 2013 : 7 % en calcul absolu et 4 % en intensité, en comparaison de 2012.

 

De plus, les émissions indirectes de GES provenant de l’alimentation en électricité de nos activités s’élevaient à un peu plus de 17 000 t CO2e, soit moins de 1 % de nos émissions totales, puisque nos alumineries sont principalement alimentées en hydroélectricité.

 

Autres émissions atmosphériques

 

Nous contrôlons de près notre production d’émissions atmosphériques grâce à des équipements modernes de traitement et à un système performant de suivi du respect de la réglementation. Nous partageons également les meilleures pratiques, pour faire en sorte que toutes les installations d’Alcoa minimisent leurs impacts potentiels sur l’environnement.

 

Toutes les alumineries d’Alcoa Canada Groupe Produits primaires sont équipées d’épurateurs à sec très performants pour capter et traiter les émissions de fluorures et de poussières dans les secteurs de fabrication des anodes et de l’électrolyse. Les usines sont aussi équipées de nombreux dépoussiéreurs (munis de détecteurs de fuite) pour réduire les émissions de poussières lors de la manipulation des matières premières et aux différentes étapes du procédé de fabrication.

 

Des inspections régulières sont faites pour assurer le bon fonctionnement des équipements. À l’Électrolyse, on vérifie l’état des capots des cuves pour assurer une captation optimale vers les épurateurs. La qualité de la couverture de bain est aussi évaluée car elle est importante pour minimiser les émissions à la source.

 

Les émissions sont mesurées à la sortie des épurateurs et aux évents des toits des salles de cuves. Un suivi environnemental se fait aussi dans le milieu ambiant, à différents points d’échantillonnage.
En 2008, Alcoa a également signé une entente de performance environnementale avec le gouvernement du Québec, dans le cadre du projet de modernisation de l’Aluminerie de Baie-Comeau.