Croissance et retombées économiques

 

Nous sommes fiers de la valeur économique que nous générons auprès de nos clients, de nos actionnaires, de nos employés et des communautés où nous menons nos activités. Ces parties prenantes trouvent notamment leur intérêt dans nos immobilisations, l’achat de biens et services, les taxes et impôts, les salaires et nos différents investissements dans la communauté.

Le Québec, une priorité dans les investissements d’Alcoa à l’échelle mondiale
Davantage 

 

Une gestion financière disciplinée est essentielle pour assurer notre succès à long terme ainsi que celui de nos parties prenantes. Nous appliquons des contrôles financiers rigoureux et adoptons une structure financière prudente, par des investissements stratégiques et par des initiatives de réduction des coûts.

 

En novembre 2011, nous avons annoncé une entente avec le gouvernement du Québec relativement au nouveau programme de développement d’Alcoa au Québec. Ce programme améliorera considérablement la compétitivité de la structure des coûts d’Alcoa tout en réduisant son empreinte environnementale. Ce plan d’investissement, initialement prévu sur une période de cinq ans totalisait 2,1 milliards $ pour les trois alumineries. Le programme, qui comprend des contrats d’approvisionnement en électricité d’une durée de 25 ans au tarif industriel régulier (tarif L) permet à l’Aluminerie de Baie-Comeau d’entreprendre la dernière étape d’ingénierie de sa modernisation qui prévoit maintenant la mise en service d’une nouvelle série de cuves d’ici la fin de 2019.

 

La conjoncture économique obligeant Alcoa à réduire sa capacité de production mondiale d’aluminium de 460 000 t/an, l’entreprise a annoncé en mai 2013 qu’elle fermerait plus tôt que prévu, soit en août/septembre 2013, les séries A et B de l’usine Söderberg, dont la production est de 105 t/an. L’abolition des emplois de l’usine Söderberg était déjà prévue, et annoncée, dans le cadre de la modernisation et, bien que ces postes disparaîtront plus tôt qu’initialement prévu, nous n’entendons procéder à aucune mise à pied puisque nous miserons exclusivement sur l’attrition.

 

Par la même occasion, Alcoa annonçait un nouvel investissement de 30 millions $ pour la mise à niveau de la fonderie de l’usine afin de soutenir le secteur manufacturier automobile, actuellement en pleine croissance. Cet investissement s’ajoute aux 75 millions $ déjà consacrés à la réfection des installations portuaires pour répondre aux besoins actuels et futurs de l’Aluminerie.

 

Sous le volet environnemental, cette nouvelle revêt par ailleurs un aspect positif, puisque la fermeture de l’usine Söderberg permettra une réduction plus rapide qu’anticipée de 40 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) de l’Aluminerie.

 

Bien que son échéancier ait été modifié, la phase de construction du projet de modernisation de l’aluminerie de Baie-Comeau créera environ 6 800 emplois-années et générera des retombées économiques de l’ordre de 500 millions $.

 

Plusieurs des éléments du plan d’investissement demeurent cependant inchangés. À l’Aluminerie de Deschambault il permettra, grâce aux innovations technologiques mises au point au Centre d’excellence mondial d’Alcoa, d’augmenter l’ampérage d’opération à 405 000 ampères d’ici 2016 et, ainsi, d’accroître la capacité de production de l’usine de 25 000 t/an.

 

La contribution de 50 millions $ d’Alcoa au Fonds de développement économique géré par le gouvernement du Québec est également maintenue, tout comme le Fonds Alcoa pour les collectivités durables, doté de 25 millions $ répartis sur 25 ans, réservé aux trois communautés où nos Alumineries sont présentes (Voir Collectivités durables).

 

Un moteur économique dans les collectivités

En 2012, les activités des usines d’Alcoa Canada Groupe Produits primaires ont généré un chiffre d’affaires de 2,3 milliard $ au Québec, et des retombées économiques de près de 1,5 milliard $. Ces chiffres ne comptent que les retombées directes, à savoir les salaires versés à nos 3 100 employés, les taxes et impôts versés au Québec et les achats effectués auprès de nos fournisseurs, pour une grande part locaux.

 

L’ampleur des investissements annoncés au cours des prochaines années, l’accroissement de la compétitivité de nos installations qu’ils permettent, les avantages opérationnels et environnementaux associés à la modernisation de l’Aluminerie de Baie-Comeau - et la nature même de nos activités fondées sur le long terme - viennent confirmer qu’Alcoa Canada Groupe Produits primaires demeurera un moteur économique important pour les collectivités où nous sommes établis, et pour le Québec entier.

 

La conjoncture économique demeure incertaine et la concurrence se fait toujours plus féroce. Mais notre engagement auprès des collectivités, tout comme celui de la Fondation Alcoa et, surtout, la décision d’Alcoa de faire du Québec son pôle nord-américain de fabrication d’aluminium, nous permettent de considérer avec confiance l’avenir de l’entreprise et celui des collectivités avec lesquelles nous grandissons.

 

Retombées économiques des usines d’Alcoa Canada Groupe Produits primaires au Québec, en 2011*

 

Aluminerie de Baie-Comeau

Aluminerie de Bécancour**

Aluminerie de Deschambault

Usine de Tige de Bécancour

Retombées directes, en salaires, achats, taxes et impôts

601 M$

445 M$

373 M$

36 M$

Incluant des retombées directes locales de

270 M$

180 M$

120 M$

12 M$

 

* Au 31 décembre 2012
** L’Aluminerie de Bécancour Inc. (ABI) est détenue à 74,95 % par Alcoa et à 25,05 % par Rio Tinto Alcan