• Dioxyde de soufre (SO2)

 

Le soufre provient principalement du coke, une des deux matières premières servant à la production des anodes permettant le passage du courant dans la cuve. Il est émis en grande partie à l’électrolyse lors de la consommation de l’anode, bien qu’une portion des émissions se fasse aussi dans les fours de cuisson d’anodes. Il est de plus en plus difficile de trouver du coke à basse teneur en soufre.

 

Lors de la combustion de l’anode à l’électrolyse, une portion du soufre présent réagit pour former du sulfure de carbonyle (COS) au lieu de l’anhydre sulfureux (SO2).

 

 


 

 

 


 

 

Dans le cadre de l’entente de performance environnementale signée avec le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) en 2008, une cible annuelle d’émission de SO2 de 20 500 tonnes métriques a été fixée pour l’ensemble des trois alumineries. En 2015, les émissions totales étaient de 15 698 tonnes métriques pour celles-ci.

 

L’Aluminerie de Baie-Comeau ne possède pas d’installation pour fabriquer ou cuire les anodes, elle les achète d’autres usines, c’est pourquoi ses émissions sont uniquement associées au procédé d’électrolyse.