Études de cas

Choisir une année et/ou une catégorie dans le menu ci-bas afin de filtrer les études de cas.





2010 — Santé et sécurité

Projets d’atténuation des risques ergonomiques - Aluminerie de Deschambault


Nous cherchons constamment à améliorer les tâches et à contrôler les risques dans toutes nos installations.
 
En déplaçant les goulotte à bain au moyen d’un chariot élévateur plutôt que manuellement, on évite les blessures potentielles au dos.
   

 
La manutention et le nettoyage des lances par une seule personne comporte des risques en raison de leur poids (33 kilos) ainsi que des postures et des mouvements requis. L’utilisation de la glissière et la manutention par deux opérateurs permet de répartir le poids entre deux individus, tout en facilitant les déplacements et les manœuvres.
   

 
Le nettoyage des siphons présente désormais moins de risques de blessure au dos avec l’utilisation d’une télécommande sans fil, moins lourde et plus maniable.
  

 
Auparavant, les clés sur les connecteurs devaient être alignées manuellement. Avec l’ajout de cylindres, de ressorts de rouleaux guides et d’élingues et l’installation d’un MSE avec automate pour jaugeage automatique, l’opérateur n’a plus à intervenir, éliminant ainsi les risques de blessures au dos et aux membres supérieurs associés à la difficulté d’accès, à la force requise et à la répétition.
  

 
Rectification des capots. Avant : on peut voir la table pour rectifier les capots utilisant un bout de bois qui ne permet pas d’ajuster la hauteur.  Les outils pneumatique sont aussi déposés sur une table. Lors du rebutage des capots l’opérateur doit enlever leur partie inférieur qui se faisait aussi sur la même table.
   

 
Après : une potence soutient les outils pneumatiques et deux tables ajustables ont été installés. Un 5S a été mis en place. Maintenant l’opérateur peut travailler en adoptant une posture convenable et dans un environnement plus adéquat.